Bruxelles, le 22.01.2014 : Alors que la Commission européenne dévoile les modalités du prochain plan climat et ses objectifs pour 2030, plus de 113 000 citoyens de l’UE ont voté pour un projet de directive européenne qui permettrait de criminaliser la destruction des écosystèmes – un crime appelé Ecocide.

L’explosion de Deepwater Horizon, Fukushima, la catastrophe de l’Erika, la pollution dans le Delta du Niger ou le projet de mine d’or à Rosia Montana ne sont que quelques exemples de désastres environnementaux qui pourraient être prévenus par l’adoption d’une législation qui reconnaîtrait la responsabilité pénale des décideurs.

Le mouvement qui a collecté plus de 113 000 signatures en soutien à ce projet de directive européenne, lance aujourd’hui une pétition traditionnelle en relai de son initiative citoyenne afin que toute personne qui n’aurait pas souhaité se conformer aux contraintes imposées par la commission européenne (numéro d’identité) puissent exprimer leur appui. . Cette pétition sera remise au Parlement européen afin de démontrer la réelle ampleur du mouvement et d’être mieux considérés dans notre demande.

Prisca Merz, Directrice d’End Ecocide in Europe, explique que “les objectifs d’émissions de gaz à effets de serre décidés aujourd’hui impacteront les décisions d’investissement de demain. L’UE se doit d’assurer aux générations présentes et futures le droit de vivre dans un environnement sain. C’est ma génération qui va souffrir des décisions prises aujourd’hui. Le cadre législatif actuel envoie un mauvais message. La directive Ecocide pourrait déclencher la transition vers une économie durable et sobre en carbone dont nous avons besoin urgemment.”

L’initiative citoyenne européenne était entièrement dirigée par une équipe de bénévoles et ne disposait que d’un petit budget. Les données personnelles requises par l’Initiative Citoyenne Européenne dans certains pays étaient tellement contraignantes que seulement 22% de ceux qui ont cliqué sur “Votez maintenant” sont réellement allés jusqu’au bout du processus de vote, ce qui signifie que près de 4 voix sur 5 n’ont pas été comptabilisées. « Cela démontre que l’opinion publique européenne est favorable à ce projet de loi et nous sommes plus déterminés que jamais à continuer ce que nous avons commencé” souligne Prisca.
Une charte va être publiée le 30 janvier, demandant la création de cours pénales de l’environnement à l’échelle européenne et internationale. Cette charte est issue d’une nouvelle coalition d’acteurs défendant la reconnaissance des crimes contre l’environnement. End Ecocide in Europe est très fier de faire partie des organisations à l’origine du projet.

Prisca conclut en rappelant que “Lorsque nous avons débuté cette initiative, très peu d’européens avaient déjà entendu parlé du concept “d’écocide”. Aujourd’hui, plus de 100 000 citoyens de l’UE ont voté pour ce projet de loi et la société s’engage dans un débat d’importance au sujet de ce concept. Nous avons déclenché de nombreux intérêts, et plus important encore, nous avons construit un réseau d’organisations et d’individus qui partagent nos objectifs. Ce réseau continuera d’avancer et de croître. Je souhaiterais remercier personnellement chaque personne ayant contribué à rendre cela possible, les innombrables volontaires à travers l’Europe et chaque citoyen concerné qui a voté et partagé notre initiative ! Vous êtes tous des pionniers ! Merci à vous !”


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.